Voyage en Alsace des élèves de Terminale ES - Lycée Français Molière

« Cette ville de Strasbourg me plaît plus que je ne puis dire. J’aime ce caractère alsacien, quelque chose d’hospitalier et de libre ; j’aime cette cathédrale si prés de moi, j’aime surtout le voisinage du Rhin. Il me fait penser à tout ce qu’il y a d’illimité dans l’histoire. »

Edgar QUINET, Lettre à sa mère

Suivant les pas de l’écrivain et grand dirigeant républicain Edgar Quinet (1803-1875), les élèves de Terminale E.S. se sont rendus en Alsace du 12 au 15 décembre. Ce voyage a été conçu comme le prolongement des cours d’Histoire et de Sciences Économiques et Sociales. Il reflète aussi notre volonté de former des citoyens responsables, conscients des horreurs du passé et confiants dans leurs capacités à relever les défis du futur.

En effet à travers la visite de l’Alsace ce territoire longtemps et violemment disputé par la France et l’Allemagne, le devoir de mémoire s’est imposé à nous.

Le Mémorial d’Alsace Moselle au coeur de la forêt des Vosges est plus qu’un musée, c’est une leçon d’histoire à la portée universelle qui nous enseigne la nécessité qu’il y a à préserver la paix et la liberté dans le respect de la dignité de chacun. Moderne, dynamique, la scénographie du mémorial nous a particulièrement séduits.

Le Camp du Struthof, un camp de concentration nazi, nous a bouleversés. Inutile d’essayer de décrire l’émotion que nous avons ressentie. Dans ce paysage enneigé nous avons vécu un moment douloureux et ce lieu de mémoire restera dans nos souvenirs comme un aiguillon : puissent nos consciences ne jamais s’endormir.

Strasbourg n’est pas seulement un symbole des divisions et des haines ancestrales. Elle est aussi l’incarnation de l’espoir. Celui de la construction européenne. La visite du Parlement européen, alors que les députés réfléchissaient à la construction d’un véritable pilier social afin de solidifier le projet européen, nous a valu quelques échanges entre les députés de gauche et d’extrême droite. Nous avons été surpris, notamment, par l’importance et la qualité du travail réalisé par les interprètes, rouages indispensables dans ce parlement réunissant 28 nationalités et 24 langues.

Comme Edgar Quinet, nous avons beaucoup apprécié le charme de Strasbourg : la petite France, la Cathédrale, les berges du Rhin (que nous avons traversé un soir pour rejoindre l’Allemagne), la place Broglie… et les nombreux marchés de Noël, une touche de magie qui vient sublimer ces vieux murs classés au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Tout comme raconter ce voyage, il est difficile d’en faire un bilan en quelques lignes.

Tout simplement, ce voyage fut une belle découverte de l’Alsace bien entendu, mais aussi de nos élèves  dans un autre contexte : de jeunes adultes à la fois vifs et sérieux, enjoués et impliqués… prêts à quitter le lycée pour construire une autre étape de leur vie.

.

Valérie Montane et Jérôme Favre