Sur le chemin de mes rêves… Déclaration d’intentions

14 octobre 2019

Bonjour ! Je m’appelle Amor, (oui, je sais, c’est un prénom curieux pour beaucoup d’entre vous qui ne l’on jamais entendu comme prénom « Amour »). Je suis ravie de vous saluer.

Amor était le prénom de ma mère, et maintenant, lorsque j’y pense, des souvenirs nostalgiques du passé me reviennent à l’esprit (évidemment, à l’époque, tout ce qui brillait n’était pas de l’or et, enfant, porter le poids d’un tel prénom ne fut pas si facile).

Je vous dirai aussi que, très souvent, mon prénom sert aussi à briser la glace lors de ces longues et silencieuses secondes qui s’installent lorsque l’on vous présente quelqu’un que vous ne connaissez pas et que vous ne savez pas comment entamer la conversation. Cela m’évite la banalité « Quel temps aujourd’hui, il ne fait vraiment pas beau ! » et ses différentes versions…

Mais cessons de parler de mon prénom…, comme je vous le disais, je m’appelle Amor et depuis février 2019, je suis la psychologue scolaire du Lycée français Molière.

Je vous confesse que J’ADORE ce que je fais et que mon métier me passionne… je risque même, parfois, d’être un peu pénible avec ce sujet. Mais, comme je dis toujours : « C’est ce qu’il y a et on doit faire avec, vous ne croyez pas ? ».

Je suis ouverte à toutes les suggestions et conseils, bien que, personnellement, je n’en donne jamais1. Pour cette raison, j’ai même presque failli perdre un ami qui voulait que je lui donne un conseil sur un problème et qui pensait aussi que j’étais au courant de son problème !

Oui, il est fréquent que les personnes confondent le labeur professionnel de la psychologie avec celui d’un psycho-magicien, ce qui n’est pas non plus étonnant puisque certaines personnes encouragent cette confusion parce que l’on sait bien que « les pêcheurs profitent de l’eau trouble », mais ça, c’est une autre histoire…

Aujourd’hui, je voulais non seulement me présenter, mais aussi vous raconter pourquoi cette rubrique s’intitule ainsi et ce que vous allez y trouver dans les semaines à venir…

« Sur le chemin de mes rêves » est la reformulation du nom du blog « Sur le chemin contraire à mes rêves… » que j’alimentais, il y a quelques années, avec des réflexions personnelles.

Maintenant ce titre me semble mauvais alors qu’avant il me semblait très poétique. À l’époque, je marchais réellement en direction contraire à mes rêves… 

Oui, si c’est ce que vous pensez, vous avez raison: les psychologues, nous aussi, nous pouvons nous perdre dans nos pensées et perdre aussi le cap de ce qui nous importe réellement…

Sur le chemin de mes rêves, semble être une déclaration de principes et c’en est bien une.

Et voici une « pilule » de psycho-éducation, comme j’ai l’habitude de les appeler. 

Dans la vie, vous avez plusieurs options.

Une infinité de chemins sont possibles et si vous regardez bien, on peut les résumer à deux: le chemin qui vous mène à faire tout ce qui a de l’importance dans votre vie et à être la personne que vous voulez être, celui qui est connecté avec vos aspirations les plus profondes, celui qui vous donne de l’éclat (dans ce cas, toutes les variantes sont possibles) ou le chemin de l’évasion, la fuite, la stagnation et la lutte contre ce que vous ne voulez pas, ce qui vous fait peur ou ce qui vous fait mal, comme lorsque vous vous sentez éteint, épuisé (et, là encore, les options sont infinies).

Je vous parlerai, dans les prochains numéros, du pouvoir choisir et ce que le choix implique. 

Je le ferais en vous racontant des anecdotes, des tranches de vie personnelles ou pas qui éclairent les procédés psychologiques qui régissent nos comportements, aussi bien ceux de fuite et d’évasion que ceux de confrontation.

C’est tout pour le moment, je vous laisse et je vous présente mes sincères salutations et meilleurs vœux : Peace, love, and life2.

PS: mon adresse mail est: amor.gonzalez@lyceefrancaismoliere.es au cas où vous auriez envie de me contacter, j’ai bien l’intention de répondre à tous les courriels que je recevrais.

Par contre, il est possible que la réponse soit « Et bien, je ne sais pas » parce que je ne connais pas toutes les réponses et encore moins toutes les questions.

Les questions, me semblent bien plus intéressantes, elles ouvrent les portes et elles ont la force d’un brise-glace pour fendre les couches gelées sous lesquelles se cache une vie masquée riche et intéressante.

  1. Je dois vous avouer que, de temps en temps, un conseil peut m’échapper, personne n’est parfait et il est préférable de ne pas prétendre l’être.
  2.  J’ai copié cet au-revoir des emails de Stevens Hayes, l’un des enseignants, chercheur et psychologue clinique les plus prestigieux dans le monde de la psychologie basée sur l’évidence

Amor Gonzáles