S’ouvrir sur la différence, avec des yeux d’enfants…

29 janvier, 2020

Lors du second trimestre de l’année scolaire, les élèves de PSMS (3 et 4 ans) ont étudié la découverte du corps humain, à travers des chansons, des rondes, des jeux de loto et par l’expression du mouvement…

Des échanges en groupe ont été menés autour des questions : Qu’est-ce que c’est qu’être différent? Dans la classe, sommes-nous tous pareils ? Que se passe-t-il quand on rencontre quelque chose ou quelqu’un de différent? 

La lecture d’albums comme « Émile et la danse de boxe », « Quatre petits coins de rien du tout », « Zékéyé et Maína », « la petite casserole d’Anatole », « Moi, Ivan le crocodile », a permis d’aborder, et d’ajouter à la réflexion déjà menée,  la question des genres: « aussi bien les filles que les garçons peuvent faire de la danse et danser » et ils ont aussi pu réfléchir sur comment les personnes non-voyantes découvrent le monde grâce aux autres sens… le toucher, l’ouïe et l’odorat, … et comment les malentendants communiquent avec le langage de signes, …

En Éducation Physique et Sportive, les enfants ont dansé les yeux fermés, sur un air de musique ou pas…, guidés par l’un de leur camarade et en inversant les rôles pour s’aider mutuellement.

« Cette thématique de la différence et du handicap doit se travailler dès le plus jeune âge pour éviter ainsi les stéréotypes, les préjugés et l’intolérance.

Même s’il s’agit d’un sujet qui n’est pas facile à aborder avec les jeunes enfants, ce regard positif sur les différences est fondamental. L’école doit permettre de les sensibiliser au handicap et à la différence en général puisque c’est à l’école que nous formons, entre autre, les citoyens de demain. Ils doivent apprendre à comprendre le monde qui les entoure, respecter les autres avec toutes leurs différences » dit Alice Barrau, maîtresse de PSMS.