L’éco-école démarre fort

14 novembre 2020

Tandis que le jardin pédagogique du primaire redémarre grâce à Julie (professeure d’anglais) et Sandrine (maîtresse française de primaire), les éco-délégués du collège ont été réunis par l’équipe de Frédéric Boira (CPE) pour lancer les chantiers de l’année. Les idées sont nombreuses comme toujours et il n’est toujours facile de choisir car elles sont toutes dignes d’intérêt. 

En voici quelques unes : la construction d’un hôtel à insectes, la récupération de l’eau de pluie pour arroser le jardin pédagogique, la programmation de films sur l’écologie afin de continuer le travail d’éveil des consciences et peut-être de faire naître de nouvelles vocations d’éco-délégués, au Molière ou dans les familles.

On notera aussi le projet de recyclerie des vêtements perdus qui tient beaucoup à cœur à Valérie Servissolle, le proviseur :

« Ce projet est dans ma tête depuis 2 ans car tous les soirs quand je quitte l’école, je trouve sur mon chemin des dizaines de vêtements abandonnés par les enfants qui, la plupart du temps ne les récupèrent jamais et que les familles ne nous réclament pas vraiment non plus. José Carlos et Paco accrochent soigneusement les habits aux patères des couloirs, en espérant que leur propriétaire viendra les chercher. Au bout d’une semaine, les vêtements sont mis sur des cintres dans une réserve que les parents viennent parfois visiter à la recherche d’un sweat, d’un manteau, d’une veste que leur enfant n’a pas rapporté à la maison. 2 fois dans l’année, nous faisons encore un dernier appel aux familles pour qu’elles signalent la perte d’un habit puis nous donnons les vêtements à la Fondation GLORR, une association d’éducation. Cette année, les éco-délégués vont aider à trier les vêtements marqués, essayer de les rendre aux enfants propriétaires et limiter ainsi la consommation de vêtements dont on sait que la production a des conséquences graves pour la planète. Le lycée Molière avec cette recyclerie créée une sorte de mini-entreprise qui fera aussi des campagnes de communication en direction des élèves et des familles pour les inciter à récupérer au maximum les vêtements oubliés ». 

2 autres chantiers sont importants aux yeux du proviseur, l’organisation du ramassage des papiers : « nous pouvons faire encore beaucoup mieux, nous avons des poubelles bleues bien identifiées et bien utilisées par les usagers qui savent quels papiers peuvent y être jetés. Nous pouvons progresser significativement sur la collecte et l’évacuation de ces déchets. Les éco-délégués peuvent écrire au Maire pour lui demander des collecteurs spécifiques à l’école. L’Ayuntamiento est à nos côtés depuis le démarrage de la démarche d’éco-école et nous savons que ce qui pourra être fait par notre partenaire, le sera ».

Le dernier projet concerne le développement de la solidarité intergénérationnelle. 

« Notre société vit des temps troublés, économiquement, socialement et politiquement. Les élections aux USA ou dans certains pays africains montrent que la démocratie est fragile, que la population d’un pays peut se déchirer rapidement. Nous avons besoin de liens, de relations horizontales entre les humains, encore plus avec l’explosion des rencontres on line à cause de la COVID-19.

Au lycée Molière, et c’est notre force absolue, c’est aussi mon grand bonheur, nous avons 2 richesses : des grands du secondaire qui ont de la force, de l’énergie et qui réclament toujours plus de s’engager dans l’École et des petits, à la Maternelle ou au primaire, qui ont des tas d’idées formidables pour leurs jardins pédagogiques. La vie scolaire va organiser la rencontre de ces 2 sources merveilleuses ; les grands vont aider les petits à préparer leur potager. Ils vont faire les travaux que les petits n’ont pas la force de faire et peut-être les petits pourront-ils donner en retour quelques framboises ou quelques tomates cerises au mois de juin »