Kakizome au Lycée français Molière : une tradition japonaise qui reflète les souhaits et les bonnes résolutions pour la nouvelle année…

10 janvier 2019

Ce mardi 8 janvier 2019, élèves, parents, enseignants et professeurs de l’école de karaté Seidokai du Lycée français Molière (créée depuis déjà plus de 10 ans et sous la direction de Benjamin Reyes) ont réalisé la traditionnelle « kakizome » ; une cérémonie japonaise qui consiste à rédiger un kanji ou un poème avec les souhaits ou les bonnes résolutions prises pour la nouvelle année.

La tradition du “kakizome”  (書き初め, littéralement “première écriture”) a commencé il y a des siècles au Japon. Il s’agit de la première calligraphie de l’année. On peut aussi l’appeler 吉書(kissho, 試筆(shihatsuet  初硯(hatsusuzuri). Chaque élève a préalablement choisi un kanji qui reflète ses souhaits ou ses résolutions pour la nouvelle année.

Traditionnellement, la calligraphie se réalisait avec de l’encre que l’on mélangeait avec les premières eaux tirées du puit le jour du Nouvel An. Les japonais s’asseyaient dans une direction favorable et ils écrivaient des poésies chinoises avec des mots ou expressions propices sur des thèmes tels que le printemps, l’éternelle jeunesse ou la longue vie. Souvent, ces poèmes étaient ensuite brulés.

Actuellement, les japonais écrivent plutôt des caractères kanji protecteurs au lieu de poésies.

Une fois que l’encre est prête, l’élève devait soulever le pinceau et avec des coups réguliers, sans à-coup et sans interruption, calligraphier le kanji sur le papier. Ce moment révèle parfaitement le sens subtil de la phrase (sho ha hito nari) «la calligraphie est la personne » ou en d’autres termes : notre écriture reflète notre personnalité.

Pour les plus petits, les consignes étaient plus simples et ils devaient puiser des idées dans leur quotidien : ranger leurs affaires, se brosser les dents, …etc.  Les plus âgés (élèves et adultes) ont, eux, proposé des expressions japonaises complètes tels des « yojijukugo » ou des poésies traditionnelles.

En principe, le papier de kakizome est brulé le 14 janvier afin que nos souhaits « s’envolent » …. D’où la merveilleuse expression nippone “Le mot doit être habillé comme un dieu et il doit s’envoler comme un oiseau”.

Le Lycée français Molière tient à remercier Carine Bocos et Sonia Martínez pour avoir organisé, pour le plaisir de tous, cette activité ludique et éducative du Kakizome 2019