C’est ton droit : le droit à l’identité est le thème du concours des droits de l’enfant de la MLF/OSUI

8 février 2019

Savoir qui je suis, dire mon nom, connaître mon âge ou encore le nom de mes parents, cela parait aller de soi, comme une évidence, sans besoin de réflexion.

C’est effectivement un droit fondamental décrit dans la Convention des droits de l’enfant, mais c’est aussi un droit auquel des milliers d’enfants dans le monde n’ont pas accès à cause de la pauvreté, de la marginalité et spécialement à cause des guerres qui ont contraints les familles à fuir et à aller vivre dans des camps de réfugiés.

Cette édition du concours « C’est ton droit », organisé par la MLF, amène les élèves à réfléchir au droit à l’identité, les réalisations des classes participantes trouveront un écho particulier à l’occasion du 30ème anniversaire de la CIDE (1989-2019) et feront l’objet d’une large communication.

Ce lundi 4 février 2019, les élèves de 5e ont reçu la visite d’un responsable de l’ONG  « Save the Children » pour aborder différents aspect concernant le droit à l’identité :

Difficultés rencontrées pour enregistrer les naissances, quelles soient d’origine culturelle ou par  manquement dans l’obligation de la part de l’État à faciliter l’accès à ce droit et couvrir les besoins liés au nombre réel de naissances:  scolarité, soins de santé, lutte contre la mortalité infantile (un enfant qui meurt et dont la naissance n’a pas été enregistrée ne sera probablement pas pris en compte dans les statistiques de mortalité). Curieusement, les femmes seront enregistrées le jours où elles se marieront et les hommes lorsqu’ils seront captés pour entrer dans l’armée.

Une grande partie des conflits dans le monde sont liés à une question d’identité ethnique, religieuse, politique, de nationalité et sont à la source des grandes crises humanitaires qui obligent des millions de personnes à se déplacer soit dans leur propre pays où à chercher refuge hors des frontières. Les camps d’accueils sont souvent sporadiques, l’aide humanitaire ne peut pas toujours y accéder.

Les enfants qui vivent dans les camps sont confrontés à la perte de la plupart de leurs droits: santé, scolarisation, protection, identité,  vivre avec leur famille…

Lors d’arrivée massive de réfugiés une des premières mesure est de photographier les enfants isolés pour faciliter le regroupement familial car beaucoup ne sont pas capables de dire où sont leurs parents, d’où ils proviennent, qui ils sont… !

Les enfants peuvent être victimes d’agression, être enrôlés de force par des groupes armés, être victimes d’abus sexuels.

La plupart des conflits durent en moyenne sept années au cours desquelles ils ne pourront pas accéder à une éducation normalisée et ne pourront pas construire leur futur, ils font partie de la « génération perdue ».

Save the Children travaille pour aider ces enfants à satisfaire leurs besoins essentiels: vêtements, nourriture, santé,  éducation, protection…

Les enfants réfugiés sont particulièrement traumatisés, ils ont besoin de recevoir une aide psychologique, voir psychiatrique pour pouvoir surmonter leurs peurs et leur angoisse qui affectent leur développement émotionnel.

Prochainement aura lieu une conférence inter gouvernementale pour demander que les écoles soient considérés comme espace sécurisé au même titre que les hôpitaux et ne puissent plus être utilisées comme cible dans les bombardements.

Nous vous conseillons de visionner deux vidéos simulées intitulées « it’s happening now » pour mieux comprendre la réalité de ces enfants.