Les Rencontres autour du livre 2017 au Lycée français Molière  - Lycée Français Molière

La semaine des Rencontres autour du livre au Lycée français Molière —du 11 au 15 décembre 2017— a été riche en activités et échanges interdisciplinaires et inter-degrés. Ses journées ont été ponctuées par de nombreux ateliers qui ont été proposés tant aux élèves du Primaire qu’à ceux du Secondaire. Voici le bilan de la semaine…

 

Rencontre avec la poète française Carole Gabriele

En maternelle, Carole Gabriele a proposé aux élèves une intervention par classe pour parler de livres et de poésie en partant d’une écoute musicale et d’un poème-comptine afin d’évoquer les mots “feuille d’arbre » et “feuille de livre”, “poème” et “émotion” à travers les cinq sens et la réalisation par les enfants de leur recueil de poésie. Ils ont utilisé des supports peints par eux et la collecte de mots réalisée au cours de la séance pour que chacun puisse élaborer son livre de Feuilles (travail sur la psychomotricité fine avec activité de “reliure” des feuilles et travail sur les mots pour dire les sentiments et les émotions, dictée à l’adulte, écriture du prénom et de quelques mots pour les plus grands).

Dans les classes de CE1 et CE2 Carole Gabriele est intervenue à trois reprises, la première séance étant destinée à poser les questions : Qu’est-ce que la Poésie ? Comment écrit-on des poèmes? Comment naît un recueil de poèmes ? et Qu’est-ce -qu’un Haïku ? et à y répondre au cours d’un échange interactif avec les élèves et par la lecture de poèmes. Les deuxième et troisième séances ont été consacrées à établir une collecte de mots sur les thèmes plus propres aux haïkus afin d’aider chaque élève à se lancer dans l’écriture de poèmes courts de type haïku, tantôt en français tantôt en espagnol, parfois même en anglais, puis à leur mise en forme et à leur lecture à la classe.

Le projet prendra fin avec la “mise en Feuilles” des poèmes de chacun sous forme d’un livre de feuilles réalisé à partir des supports plastiques et des poèmes créés par chacun.

« Lors de chaque séance la participation des enfants a été très positive et a permis un véritable échange autour de la Poésie grâce à la richesse et la diversité des interventions des élèves en fonction de la synergie propre à chaque classe et aux tranches d’âge » dit Carole Gabriele.  « Un véritable plaisir de faire partager sa passion et de voir les enfants aussi réceptifs… de leur apporter certaines clefs pour établir des liens entre les différentes disciplines artistiques et de favoriser la libre expression de chacun à travers elles, en rappelant toujours que le poète est celui qui crée, à partir du monde qui l’entoure, un monde nouveau grâce à la magie et à la puissance d’évocation des mots. »

.

Rencontre avec l’auteur français Alice Garbé

Chacune de ses interventions était différente selon le temps qui était accordé mais aussi selon l’approche des enseignants.

Chez les CM1, Alice Garbé est intervenu pour travailler l’écriture, et ensuite un illustrateur prenait la relève. Dans un premier temps, elle a fait une présentation rapide de son travail, non pas en tant qu’auteur mais en tant que spécialiste du livre jeunesse, donc la chaîne du livre (l’auteur et son manuscrit, l’illustrateur, l’éditeur, l’imprimeur, le diffuseur, le libraire et les bibliothécaires). Dès lors, elle a pu mettre en place un atelier. Le principe était de poser tout d’abord la situation : Le tour du monde en 80 jours, résumé de l’oeuvre, point sur les personnages. Voici la consigne : Rédigez-moi le chapitre 5, mettez-vous dans la peau d’un auteur. Le titre : Dans lequel je dois vous parler de l’Agent Fix.

Sur deux séances ils ont élaboré le chapitre, mis en commun, rédigé ensemble sur le tableau et ordinateur pour qu’il soit ensuite illustré.

.

Chez les CM1-CM2, la mise en place était totalement similaire. Simplement, il n’y avait pas un chapitre commun. Chaque élève a voulu conserver son travail. Lors des lectures de certains travaux, elle a pu aiguiller, insister sur les points positifs et négatifs. Dans la peau du comité de lecture, les enfants étaient alors devenus critique littéraire.

.

Chez les CM2 A, elle avait trois heures. La présentation du parcours du livre s’est avérée plus longue. Soit une heure complète, les enfants se sont montrés très intéressés par la chaîne et le métier de chacun. D’autant qu’un éditeur intervenait en amont sur le façonnage d’une oeuvre. De mémoire Le petit chaperon rouge avec les illustrations sublimes de Gustave Doré.  A la fin de cette première séance, elle avait introduit l’atelier.

La consigne était toujours, en groupe ou de façon individuelle : Rédigez le chapitre 5 du roman « Dans lequel je dois vous parler de l’Agent Fix »  Le but final était, pour les élèves qui le souhaitaient, de faire une lecture en public de ce chapitre.

.

Chez les CM2 B, elle avait quatre heures d’intervention. Le parcours du livre a été vraiment survolé, l’enseignante souhaitait vraiment cibler ces quatre heures sur la rédaction d’un roman.

Une fois l’atelier lancé, la consigne toujours la même, ils ont pu avancer sur des chapitres vraiment élaborés et détaillés.  Les enfants ici connaissaient parfaitement le schéma narratif, elle n’avait plus qu’à introduire les quelques pistes et idées. Il y avait également la volonté parmi les groupes de ne s’accorder aucun anachronisme et donc de faire quelques recherches sur le mode de vie au 19è siècle.

« Lors de l’atelier, même si la consigne semble simple, vous noterez que le titre est écrit à la première personne du singulier. Nous avons donc insisté sur le narrateur. Le temps utilisé : présent imparfait passé simple. Pour la conception du chapitre, il fallait d’abord décrire la rencontre, le lieu (à la méthode de Jules Verne), le personnage et enfin inclure un dialogue qui permettrait de mettre en place l’intrigue. A la méthode de Jules Verne il y a bien sûr une esthétique du langage qui ressort et les enfants se montraient très curieux pour renforcer au mieux leur vocabulaire (qui est déjà très riche je le précise).  Dans la peau d’un auteur, l’enfant doit garder en tête qu’il écrit pour être lu, et qu’il devra donner l’envie de connaître la suite. J’ai donc donné quelques techniques et pistes au fur et à mesure de l’élaboration ou même lors des mises en commun. Lors des lectures, s’il n’était pas dans la peau du conteur, l’élève se voyait confier la tâche du critique littéraire. Ils n’hésitaient pas à dire ce qu’ils avaient aimé, pourquoi et ce qu’ils auraient éventuellement fait pour améliorer le texte. En aucun cas la tâche n’aura été difficile, ils sont très courtois les uns envers les autres, avec un profond respect pour le travail de chacun.  Bien qu’elle paraisse simple la consigne, puisqu’il ne s’agit que d’un titre, elle entraînait toute une suite d’interrogations que les élèves étaient amenés à se poser lors de l’écriture. Les résultats pour chaque niveau valent vraiment le coup d’oeil » dit Alice Garbé. Pour beaucoup, je pense d’ailleurs que ce travail (resté très personnel dans quelques cas) aura même été libérateur et aura révélé quelques talents qu’ils s’ignoraient jusqu’alors. S’il y avait une suite à donner à ces écrits, je ne peux que les y encourager. »

 

Rencontre avec l’auteure française Léa Colin

Les classes de CM2 ont rencontré Léa Colin, auteure de littérature de jeunesse qui a publié son premier livre alors qu’elle était encore au collège. L’auteur a présenté aux élèves ses deux  romans fantastiques, « Tim Golder, Le monde des griffons » et « Tim Golder, Les maudits ont disparu ».

Ses trois interventions se sont déroulées sous la forme de questions/réponses, autour de ses livres, de son parcours, et du métier d’auteur en général (les élèves ont posé plusieurs questions relatives à sa manière d’écrire, à la méthode utilisée pour créer des personnages…).

« J’ai été très étonnée et agréablement surprise par la qualité des échanges et par la pertinence des questions posées, que ce soit par les élèves de 4ème comme par ceux de CM2. Les élèves se sont montrés très intéressés, et discuter avec eux était très intéressant et enrichissant.  J’ai passé un excellent séjour en Espagne et au lycée français Molière, et je remercie encore une fois les élèves, les professeurs et l’ensemble du personnel du lycée pour leur accueil sympathique et bienveillant » dit Léa Colin.

.

Les classes de 4ème, accompagnées de leurs professeures documentaliste et de français ont aussi rencontré Léa Colin, une jeune auteure de littérature de jeunesse, qui a publié son premier livre alors qu’elle était encore au collège. L’écrivaine leur a présenté  Tim Golder, le héros de ses romans et leur a raconté son parcours inattendu dans le monde éditorial.  Les élèves ont pu alors l’interroger sur ses sources d’inspiration, sur son travail d’écrivain, sur la conception d’un livre. 

.

Rencontre avec l’illustrateur français Stéphane Bileau

Le dessinateur de bande-dessinée est intervenu auprès des CP, CE1, CM1 et 6e. Son travail avec eux portait sur le passage du texte a l’image avec à chaque fois un projet différent:

Pour les CP, il s’agissait de les aider à illustrer une dizaine d’images à partir de phrases qu’ils avaient créées, sur le thème de « si j’étais… ».  Ces illustrations seront utilisées afin d’éditer un petit livre avec une sélection des oeuvres les plus représentatives.

« Je les ai donc aidés à aborder les différents éléments à représenter et à les articuler sur une feuille A4 afin que leurs oeuvres soient mises en valeur dans l’espace », dit l’illustrateur.

Pour les CE1 il les a accompagnés dans l’illustrations de 2 à 4 contes tels que « le lion et la souris » ou « la cigogne et le renard » avec une proposition dessinée en grand format pour chacun des contes. Avec l’enseignante ils ont guidé les enfants dans la gestion de l’espace et la construction du dessin.

Pour les classes de CM1 il s’agissait de travailler sur les textes et les descriptions de personnages réalisés en travaux d’écritures avec Alice Garbé. Ils a abordé dans un premier temps quelques techniques de construction du dessin pour enchainer avec le support des élèves sur la création visuelle de l’agent Fix, personnage issue du tour du monde en 80 jours de Jules Vernes, et tel qu’imaginé par l’ensemble de la classe. Il a terminé par une mise en place rapide d’une image où pourraient être mis en scènes tous les personnages abordés lors du travail d’écriture. Cette séance avait pour objectif d’aborder le processus de création et de mise en scène des personnages.

Les élèves de 6e, accompagnés de leurs professeurs documentaliste, de français et d’arts plastiques, ont reçu la visite de l’illustrateur et dessinateur de bande-dessinée Stéphane Bileau. Lors de cette rencontre, les élèves ont questionné M. Bileau sur le métier de dessinateur et ont pu s’interroger sur le processus de création d’une bande dessinée, de l’idée au texte, puis du texte à l’image. Après avoir écouté le témoignage de Stéphane Bileau et avoir vu les planches de sa dernière bande-dessinée en cours de réalisation, les élèves de 6e  lui ont soumis la trame narrative de leur sujet de rédaction pour une mise en images : deux enfants sont perdus dans une forêt effrayante et découvrent la chaumière d’un ogre épouvantable! Sous le regard attentif et la conduite des élèves (quant au contenu des images et des plans choisis), le dessinateur a réalisé le croquis d’une planche de bande-dessinée relatant l’aventure des enfants face à l’ogre.

« J’ai été très enthousiasmé par les réactions des élèves. L’échange et l’enrichissement étaient permanents », dit Stéphane Bileau. « Nous avons abordé très rapidement des techniques parfois exigeantes et les enfants ont montré à chaque fois un intérêt, une capacité de compréhension et d’intégration particulièrement élevés. Certaines réalisations graphiques et certains écrits étaient complètement bluffants. En tout cas j’ai apprécié cet accueil et suis ravi d’avoir pu partager tout ça avec eux ! À chaque fois, l’accueil a été excellent et chaleureux, les enfants enthousiastes et réactifs avec des résultats souvent étonnants et brillants ».

 

.

L’écrivain Pablo Aranda, originaire de Malaga, auteur du roman El colegio más raro del mundo, est intervenu auprès des élèves de CE2, CM1 et CM2 dans le cadre d’une conférence. Les élèves ont profité de cette rencontre avec l’auteur pour faire dédicacer leurs livres.

Théâtre en Maternelle

Les classes de Maternelle ont reçu Ruthy Rutilante, une conteuse espagnole qui a su capter l’attention des plus petits avec son merveilleux conte « bosque de cuentos ». La ravissante exploratrice et son timide ami le lutin Telerín, voyagent sans faire de pause dans « les forêts de livres” pour arriver à retrouver les petits habitants de la Terre… les petites filles et les petits garçons de la Maternelle du Lycée français Molière.

.

De nombreuses autres activités ont eu lieu tout au long de la semaine…

Enregistrement de textes lus à haute voix et en français par les 2ndes pour la bibliothèque sonore des Maternelles, au CDI. Savoir plus.

 

Bookface à la Médiathèque-Secondaire

Prendre en photo une partie de son corps en l’intégrant à une couverture de livre ou magazine, c’est le jeu auquel se sont prêtés les élèves de 6e lors de la séance d’Accompagnement Personnalisé consacrée aux « Rencontres autour du livre 2017« . Savoir plus.

 

 

Jeu de 7 familles sur Molière

Les CM2 et les Secondes, réunis le lundi 18 décembre au CDI, ont partagé un moment agréable avec un jeu de 7 familles autour de Molière. Un jeu imaginé et créé en Accompagnement Personnalisé de seconde lors de trois séances en octobre dernier ; il fallait inventer un thème, puis les six cartes qui le déclinent, écrire ou citer quelques mots et puis illustrer chaque carte. Un vrai travail d’artistes qui permet de fixer ses connaissances (sur la vie de Molière, sur L’école des femmes, sur les métiers dans les pièces de Molière…) et de les retrouver en jouant. Et bien souvent les « grands des petits » ont dû rappeler les règles du jeu aux « petits des grands »… Savoir plus.

« Imaginer un roman d’aventures »

En cours de français, les élèves de 5e ont imaginé une histoire qui pouvait donner lieu à un roman d’aventures. Ils ont réalisé la couverture du roman (1ère et 4ème de couverture) et ils ont rédigé le début de l’histoire… Ensuite, ils ont présenté leur roman d’aventure imaginaire au GS, CPA, CE1, CE2, CM1 et CM2.

 

Des activités en latin proposées par les élèves latinistes pour leurs camarades

Les douze latinistes de la classe de 4ème se sont proposé de faire découvrir aux élèves de CM1 l’écriture et la lecture dans l’Antiquité. C’est avec enthousiasme qu’ils sont intervenus dans ces classes et ont fait partager leurs connaissances à leurs petits camarades. Leur intervention s’est terminée dans la bonne humeur par des activités ludiques qu’ils avaient préparées.

Bravo à ces petits professeurs en herbe dont les efforts ont bien été récompensés par l’accueil chaleureux de leurs élèves. Merci aux maîtresses qui leur ont ouvert leurs classes.

 

Lectura de Don Quijote

Des lectures offertes en espagnol proposées par les élèves de 1ère ES et S pour leurs camarades de 5ème.

.

Petit théâtre et jeux de scène en espagnol

Les élèves sont montés sur scène et ont lu des œuvres théâtrales en espagnol.

Répartis en plusieurs groupes, les élèves de Mme Muñoz sont passés dans différentes classes, le temps d’une lecture en espagnol. Les élèves ont lu à leurs camarades de courts récits qu’ils avaient inventés en s’inspirant des œuvres de Goya.

 

Des activités en anglais…

Lecture à haute voix et en anglais de « Mr. Men » des élèves de 4e  dans les classes de CE2 et récitation d’une poésie de Roald Dahl « The Lion » tiré de « Dirty Beasts » (1983) pour les CM2.

« Learning poems is very interesting and amusing, it’s a popular type of art a lot of people enjoy.  I think the teacher chose Roald Dahl’s poem because he always writes fun things for all audiences.» Eva D., 4e D.

 

 

Photographie narrative de Keko Rangel