Stéréotypes sexistes concernant les jouets pour enfants

Stéréotypes sexistes concernant les jouets pour enfants

Beaucoup de gens restent aveugles sur le thème des stéréotypes sexistes concernant les jouets pour enfants. Pour cela, nous avons enquêté et nous sommes arrivés à la conclusion que l’on peut s’améliorer sur ce problème.

 

Lorsqu’un enfant veut un jouet, le goût change suivant le sexe : les filles les poupées et les princesses ; les garçons les voitures et les superhéros. Par exemple, dans un magazine, les jouets sont classés dans différentes rubriques suivant leur genre. C’est à dire : une rubrique aux pages roses intitulée “Quand je serai grande, je serai maman” contient des dînettes, des chariots de ménage, des poupées, des poussettes… Alors qu’une autre aux pages bleues intitulée “Quand je serai grand, je serai le plus rapide de la Terre” contient des circuits automobiles, des voitures télécommandées, des trains, des avions… Pareil pour les publicités qui influent aussi sur leur choix. En résumé, cela met en valeur l’inégalité par rapport aux filles qui doivent travailler, faire des tâches ménagères et aux garçons qui possèdent une diversité d’activités bien plus importantes et valorisées.

À qui la faute?

Lorsque les enfants sont trop petits pour choisir leur jouets, c’est bien les parents qui décident, et pourtant ils optent pour des poupées pour les filles et pour des voitures pour les garçons. De plus, dans un magasin, la plupart des parents trouvent normal que leurs enfants se dirigent vers les rayons de jouets pour filles ou pour garçons suivant leur genre.

Par contre, les parents ayant des filles aimant jouer aux voitures ou des garçons aimant jouer aux dînettes, trouvent cela bizarre et inquiétant alors qu’il n’y a rien de négatif à cela. C’est la faute aussi à la société qui est également impliquée. Elle envoie des messages invitant les enfants à être différents par nature mais aussi conditionnés par les stéréotypes. Si un enfant s’amuse à un jeu “différent à son sexe”, il est probable que d’autres enfants se moquent ou se comportent différemment envers lui.

Peut-on améliorer cela?

En effet, cela peut s’améliorer voire disparaître si chacun veut bien se corriger et changer la manière de voir les choses. Le but c’est de faire des jouets unisexes avec lesquels tout le monde peut s’amuser sans être soit disant “différent”. Il faut faire en sorte qu’on ne pense pas que les filles ne sont bonnes qu’à faire la dînette et les garçons à devenir des héros. Quelques établissements et associations ont pris l’initiative : par exemple, Tesco (un magasin) s’est engagé à enlever les mentions de genre ; en Suède, la chaîne Toys’R’us a publié un catalogue neutre ; en France, une crèche a décidé de ranger les jouets unisexuellement… Si cela continue, ça peut s’arranger ! On compte sur vous !

Marina Lecourt
Élève de 4ème année du Lycée français Molière

 

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *