L’Orchestre des Lycées Français du Monde a fait une magnifique répétition générale au LFM

L’Orchestre des Lycées Français du Monde a fait une magnifique répétition générale au LFM

Sous la direction de la professeure Adriana Tanus, 49 jeunes musiciens, venus de toutes les parties du monde, présentèrent, le samedi 23 janvier au LFM,  la répétition générale du grand concert qu’ils donneront à Paris le 19 mars. Ils forment “l’Orchestre des Lycées Français du Monde” créé en 2015 par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE) à l’occasion de son 25ème anniversaire.

Cette année, ils ont pu compter sur l’appui de 5 musiciens de l’orchestre philharmonique de Radio France qui animèrent les répétitions précédentes au LFM. Ce sont : les violonistes Anne Vilette et Mireille Jardon, le violoncelliste Jean-Claude Auclin, le clarinettiste Jean-Pascal Post et le trompettiste Jean-Pierre Odasso. Chacun d’entre eux offrit aux jeunes une Master Class.

Zein avec ses copains de 3ème.

Zein avec ses copains de 3ème.

Zein Nakleh a 14 ans et elle est venue de Syrie pour intégrer l’Orchestre comme premier violon. La passion pour la musique est une affaire de famille. Son père est pianiste et compositeur, sa mère dirige une chorale. Elle fait partie d’un orchestre professionnel de femmes comme second violon. C’est une élève du Lycée Charles De Gaulle de Damas et elle a été accueillie ici, avant les répétitions, par les élèves de 3ème.

Tout s’est décidé en quelques mois. En septembre, le proviseur de son établissement lui proposa de se présenter à l’épreuve d’admission. Un casting virtuel : elle devait s’enregistrer jouant du violon puis envoyer la vidéo à l’AEFE. En octobre, elle recevait la grande nouvelle par mail, puis de la même manière les partitions qu’elle devait elle-même répéter. Elle ne s’est jamais sentie seule cependant. “Avec les autres musiciens et la chef d’orchestre, nous avons créé un groupe privé sur Facebook pour rester en contact, partager des informations, parler de nos doutes sur les partitions…” Maintenant qu’ils se connaissent, qu’ils vivent cette merveilleuse expérience, leur groupe a plein de photos, de vidéos, de messages affectueux et motivants.

Peu de temps avant la première journée des répétitions, ce voyage, le premier pour elle en Europe, l’ enthousiasmait. Elle était très fière d’avoir le poste de premier violon dans l’Orchestre des Lycées Français du Monde.

“Participer à ce projet m’a permis de voyager, de connaître des musiciens de toutes les parties du monde, de vivre des expériences nouvelles, de jouer du violon d’une manière plus profonde associée à d’autres musiciens”.

A cette formation, participe également Augustin Javel, élève de Ter ES du Lycée Français Molière, comme premier hautboïste.

Augustin Javel, premier hautboïste, au milieu avec ses compagnons de l'orchestre.

Augustin Javel, au milieu. Augustin Javel, premier hautboïste, avec ses compagnons de l’orchestre.

Augustin a commencé à prendre des leçons de hautbois à l’âge de 8 ans. Ce fut un véritable coup de foudre “pour la sonorité de cet instrument, son timbre…” Mais il reconnaît que l’apprentissage ne fut pas facile. “C’est un instrument qui peut très vite décourager et qui est très dur, car il y a beaucoup de problèmes (anches, son…) ; il faut être motivé !”

Deux ans au conservatoire de Lyon, quelques années encore dans une école de musique à Casablanca puis, à Madrid, il prend de temps en temps des leçons avec un professeur, hautboïste à l’Opéra de Madrid. Il a fait partie de plusieurs orchestres : la Banda de Villanueva, l’Orchestre du diocèse de Getafe et, occasionnellement, l’Orchestre des Jeunes Européens de Madrid (OJEM) dirigé par Adriana Tanus. Mais, à en juger par la façon dont il en parle, l’Orchestre des Lycées Français du Monde est peut être son préféré : “c’est vraiment un très beau projet, aussi bien musicalement que humainement. Rencontrer des musiciens de 22 pays, se réunissant autour de 2 points communs, le français et la musique, me touche ! On voit à quel point la musique est une valeur universelle, et que la musique de (Jean Baptiste) Lully ou de (Camille) Saint Saens peut être comprise par des jeunes venant de pays si éloignés et si différents… C’est une belle preuve d’humanité ! Ce projet va m’apporter et nous apporter une ouverture supplémentaire sur le monde, et cela ne peut être que bénéfique !”.

.

"Ce fut, je pense, une assez bonne répétition générale même s'il y a encore du travail à faire avant la représentation de Paris du 19 mars", dit Augustin.

“Ce fut, je pense, une assez bonne répétition générale même s’il y a encore du travail à faire avant la représentation de Paris du 19 mars”, dit Augustin.

.

A la répétition générale, les spectateurs (parents d’élèves, professeurs, directeurs des Lycées de Madrid, Valence et de Londres) applaudirent chaleureusement. “Ce fut, je pense, une assez bonne répétition générale même s’il y a encore du travail à faire avant la représentation de Paris du 19 mars”, dit Augustin .

Après une petite présentation du projet et des remerciements, chaque musicien s’est levé pour dire d’où il venait : Syrie, Japon, Russie, Chine, Liban, Autriche…

Quelques moments à retenir ? “La danse Macabre de Saint Saëns interprétée par Ancelot, en CM2, qui vient du Japon et qui a joué par coeur le solo au violon. Le public qui chante avec nous la “valse à mille temps” de Brel. Les applaudissements nourris pour les choristes et l’orchestre à la fin, et les très nombreuses photos avec tout le monde !”.

Il y eut ensuite un apéritif final, et les musiciens ont ressorti leurs instruments : Mendelssohn au violon, trompette, contrebasse, tous les musiciens de Valence qui interprétèrent une chanson typique de Valence. Et tout ça sans partition, preuve du répertoire très large de ces musiciens !

Une belle soirée donc, avec un théâtre du LFM presque rempli, pour seulement un avant goût de ce que sera LE concert. “On a vraiment hâte d’être à Paris le 19 mars !”, assure Augustin.

Le rendez-vous à Paris est fixé au Studio 104 de Radio France et l’orchestre partagera la scène avec 20 collégiens de la ville française de Marcoussis (pour plus d’information, cliquez sur ce lien).

.

Les messages que les jeunes musiciens, leur chef d’orchestre, les musiciens de l’orchestre philharmonique de Radio France et les parents ont publié, dans le groupe Facebook, après la représentation réussie, étaient très émouvants. Nous avons eu l’autorisation de vous en faire découvrir quelques uns dans cette note…

.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *