Le NUMAD 2016, une belle cuvée !

Le NUMAD 2016, une belle cuvée !

Présent à ce grand rendez-vous depuis sa création en 2012, le Lycée français Molière s’est de nouveau illustré cette année.

Le NUMAD (Nations-Unies Madrid) est une modélisation des Nations-Unies organisée par le Lycée Français de Madrid et réunissant plus de 200 élèves venant de France, de Turquie, de Belgique et d’Espagne. Pendant trois jours ils ont joué à être des diplomates avec un enthousiasme et un sérieux impressionnants.

L’intérêt de ce type de manifestation est triple, c’est pour nos élèves l’occasion se confronter à d’autres perceptions du monde, d’approfondir leur réflexion sur certains problèmes fondamentaux du monde contemporain et de progresser dans la maîtrise de l’oral. C’est pour eux une expérience marquante et pour leurs professeurs l’occasion de les (re-)découvrir hors du cadre scolaire. Certaines personnalités se révèlent et parfois une jeune fille que l’on pensait timide et réservée s’affirme comme une redoutable débatteuse !

Le tirage au sort avait confié au Lycée Molière le sort de deux pays : la Hongrie et l’Afrique du Sud.

Dans un premier temps et dès le mois d’octobre les élèves ont donc réalisé des « fiches-pays » afin de bien connaître leur « nouvelle patrie », son histoire et son actualité politique.

Ensuite en novembre les thèmes et les commissions leur ont été attribués :

Sofia de la Peña pour la Hongrie et Elisabeth Sirérol pour l’Afrique du Sud se sont retrouvées au sein de la Commission Affaires politiques internationales pour réfléchir sur le thème suivant : « La communauté internationale face à l’ébauche d’un Etat sunnite au Moyen-Orient ».

Alejandro Garcia (Hongrie) et Erik Gemmel (AFS) ont débattu en anglais au sein de la Commission Santé (commission en langue anglaise) sur « l’obésité, un fléau mondial ».

Bosco de Enrique (Hongrie) et Marta Lasheras (AFS) ont tenté de « réguler l’accès à Internet »  dans le cadre de la Commission Education et Culture.

Santiago Diez (Hongrie) et Isabelle Cerezo (Afrique du Sud) devaient se préparer à débattre respectivement  de « la coopération des Etats face à la question des réfugiés » ( Commission des Droits de l’Homme – commission en langue espagnole) et de « la gestion mondiale des déchets industriels » ( Commission Développement Durable).

Quel programme ! Quelle plongée dans les grandes problématiques du XXIe siècle !

Chaque élèves s’est alors emparé de son thème d’étude afin d’en comprendre les enjeux. Qu’il s’agisse de l’obésité, du problème de la gestion des déchets industriels ou de la régulation de l’accès à Internet, la difficulté est alors de bien cerner ces enjeux à l’échelle nationale et à l’échelle internationale.

L’objectif de cette première phase était la rédaction d’un Texte de Politique Générale (T.P.G.) présentant la position de la Hongrie et de l’Afrique du Sud sur chacun de ces thèmes. Ces T.P.G. sont ensuite envoyés à toutes les délégations. Ainsi avant même le commencement du NUMAD proprement dit il était possible à chaque délégué de connaître la position des autres pays représentés (Russie, Chine, Turquie, Nigeria…) afin d’entrevoir déjà d’éventuelles alliances ou inimitiés.

Cet important travail préparatoire a permis aux élèves d’entrer peu à peu dans la peau des « diplomates » qu’ils ont été pendant trois jours du 18 au 20 février 2016.

Après une cérémonie d’ouverture marquée entre autres par le discours de M. Yves Saint-Geours, Ambassadeur de France et l’intervention à la fois drôle et chaleureuse de M. Miguel Angel Moratinos, diplomate et ancien ministre des Affaires étrangères, les travaux ont réellement commencés pour nos élèves l’après-midi du jeudi 18 février.

Réunis par commissions sous l’autorité d’un Président et de ses assesseurs, aidés par des huissiers (tous ces rôles sont bien entendu tenus par des élèves), les délégués se sont mis au travail.

Objectif : rédiger une résolution afin de proposé des solutions aux problèmes abordés. Pour cela un seul moyen : le dialogue. Les phases de lobbying informel alternent avec les échanges plus formels et la rédaction proprement dite des résolutions. Ces travaux se sont poursuivis toute la journée du lendemain, chaque résolution étant soumise au vote, puis adoptée ou rejetée.

Certains de nos élèves participaient pour la seconde fois. Connaissant déjà les procédures de prise de parole et les finesses du lobbying ils ont pu s’illustrer. Ainsi, au sein de la Commission Santé, Erik a su rallier à ses positions de nombreux délégués. Sa pugnacité et la vivacité de ses réparties ont été appréciées et lui ont permis de mener la rédaction d’une résolution finalement adoptée. Santiago avait lui la difficile mission d’incarner un diplomate hongrois eu sein de la Commission des Droits de l’Homme. Le thème des débats portant sur les réfugiés, il lui a fallu faire un effort pour incarner le délégué d’un pays dont il ne partage pas vraiment l’actuelle ligne politique. Il s’en est tiré avec brio parvenant, seul contre tous bien souvent, à amender certaines résolutions dans un sens plus favorable aux intérêt de la Hongrie.

Pour Alejandro, Bosco, Isabelle ou Marta qui découvraient le NUMAD les débuts furent plus impressionnants : les procédures de débats (très codifiées), la maîtrise de certains délégués (qui participaient à leur 3e ou 4e modélisation!), la rapidité des échanges… tout était nouveau ! Mais après une premier « round d’observation » l’appréhension céda rapidement le pas au désir de participer. Nous avons ainsi pu voir Bosco défendre avec calme et courtoisie une résolution malgré l’agressivité évidente de son interlocuteur… C’est aussi cela la diplomatie !

Le samedi 20 février, dernier jour du NUMAD 2016 les délégués de la commissions « Affaires Politiques Internationales » se sont retrouvés pour une dernière séance dans la magnifique salle du Pleno Cibel). La beauté du lieu et la solennité du cadre ont donné encore plus de relief aux débats qui portaient sur la grave question de la crise syrienne. Sofia et Elisabeth n’ont pas hésiter à prendre chacune la parole pour défendre la résolution qu’elles avaient contribué à rédigé et qui prévoyait le déploiement d’une force internationale au sol afin d’en finir avec Daesh quitte à composer momentanément avec le régime de Bachar el-Assad.

Pendant ce temps les autres délégués réunis dans le grand amphithéâtre du L.F.M. écoutaient M.Fernando Fernandez-Arias directeur du bureau des Droits de l’homme du Ministère espagnol des Affaires étrangères et de la coopération. Cette conférence de haute tenue portait sur le problème des migrants et des réfugiés.

Ces trois jours de travail intense se sont conclus par une sympathique cérémonie de clôture et la traditionnelle remise des diplômes.

Comme toujours nos participants n’ont qu’un souhait : revenir l’année prochaine ! Alors vivement le Numad 2017.

Jérôme Favre (professeur d’Histoire et Géographique en français)

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *