Entrevue avec Clotilde Chauvin. La Médiathèque : Histoire d’un projet pédagogique innovant

Entrevue avec Clotilde Chauvin. La Médiathèque : Histoire d’un projet pédagogique innovant

.

La Médiathèque du Lycée français Molière a un rôle majeur dans la formation des élèves : tandis que l’école permet, grâce à l’apprentissage de la lecture, l’instruction de l’élève, elle a pour vocation de rendre ces derniers autonomes et les invite à se diriger librement vers la lecture plaisir. C’est un lieu convivial, spacieux et très lumineux où l’ambiance de travail qui y règne est agréable et propice à l’étude et à la lecture.

.

La Médiathèque-Secondaire reçoit des groupes de classe complète, notamment pour venir faire des recherches dans le cadre des TPE (Travaux Personnels Encadrés) de 1ère, de l’Histoire Des Arts pour les 3ème ou encore en Accompagnement Personnalisé, Littérature et Société, MPS (Méthodes et pratiques scientifiques) pour les 2nde, séance orientation avec le professeur principal pour les 3ème et Terminale. Et lors de toutes les activités menées à bien dans le cadre de la liaison Primaire / Médiathèque-Secondaire.

.

Son fonds documentaire est très riche. Trois fois par an, généralement à la fin de chaque trimestre, le professeur-documentaliste, Mme Stéphanie Agathon, commande les nouveautés tant en fiction qu’en documentaire. Toutes les lectures suivies étudiées en français et en espagnol sont disponibles au CDI (Centre de Documentation et d’Information), pour consultation sur place.

.

En ce qui concerne les nouvelles technologies, la Médiathèque-Secondaire dispose de 8 ordinateurs, 2 tablettes et 2 liseuses. Plus de 12.500 documents sont informatisés dans le logiciel de recherche documentaire BCDI.

.

Mme Agathon a trouvé un équilibre entre la mise en œuvre des activités pédagogiques et la gestion technique, l’accueil individualisé des élèves, la participation à des projets collaboratifs avec les enseignants des autres disciplines, les notions et les pratiques de culture informationnelle à transmettre aux élèves, sans compter les autres missions.Elle veille à ce qu’aucune de ces missions n’ait de prédominance sur les autres.

.

En relevant un défi ambitieux

.

Le CDI est l’une des pierres angulaires des établissements éducatifs. La Mission laïque française poursuit depuis quelques années une action de mise à niveau des BCD-CDI de son réseau et de mise en œuvre du concept de médiathèque scolaire.

.

En 2010, Clotilde Chauvin, exerçant à l’époque en tant que professeure-documentaliste au CRDP (Centre Régional de Documentation Pédagogique) de l’académie d’Aix-Marseille (on dit aujourd’hui Canopé) préposée entre autres à la formation et l’ingénierie documentaire et responsable du site web des professeurs-documentalistes de l’académie d’Aix-Marseille, fut chargée par la Mission laïque Française (Mlf) d’actualiser les BCD-CDI des établissements du réseau et de mettre en pratique le concept de bibliothèque scolaire.

.

.

Quelle était exactement votre mission lorsqu’en 2010 la MLF vous charge de l’élaboration d’un projet global de rénovation des CDI ?

La Mlf m’a chargée, via le CRDP, de faire un état des lieux des établissements du Maroc puis d’Espagne dans le domaine de la politique documentaire, c’est à dire pas seulement le fonctionnement de la médiathèque mais aussi de tout ce qui concerne les ressources et leurs usages dans les établissements scolaires. Un des constats de cet état des lieux fut la nécessité de donner une formation de base aux documentalistes et de les accompagner dans l’acquisition de compétences professionnelles, notamment dans le domaine du numérique. L’autre fut de rénover et d’harmoniser les pratiques de ce qui était fait en médiathèque scolaire (CDI et BCD).

 

Quel est l’intérêt, pour les médiathèques et leurs responsables, des rencontres entre professeurs documentalistes, comme celles qui ont eu lieu cette année au Lycée français de Saragosse puis au Lycée français Molière de Villanueva de la Cañada ?

L’intérêt premier me semble être celui d’un échange de pratiques professionnelles. Celles-ci sont mutualisées, discutées, mises en perspective et souvent réappropriées par les autres pour les transférer dans une situation professionnelle. L’autre intérêt lié au premier est la création d’un groupe dynamique, solidaire, amical et hyper-connecté ! Nous communiquons par mail, via le site de documentalistes de la Mlf, via Whatsapp (nous avons créé une liste), etc. Je suis toujours à l’écoute des questions, accompagne les collègues dans la rédaction des articles pour le site mais chaque collègue s’enrichit des connaissances et pratiques des autres et l’intelligence collective fonctionne à merveille. Alors, les médiathèques s’en ressentent (lectures, pratiques, ateliers, accueil, outils…) et bien sûr les documentalistes reviennent de ces formations avec des trésors d’idées, de connaissances, d’outils… Il manque parfois juste le temps de mettre tout cela en pratique !

 

Quelle est votre opinion aujourd’hui sur les médiathèques du réseau Mlf de la péninsule ibérique ?

Les médiathèques du réseau ont beaucoup changé : certaines ont entièrement été refaites (Villanueva de la Cañada, Murcie, Gran Canaria, Palma de Mallorca) mais toutes ont profité d’idées nouvelles, comme par exemple la signalétique bilingue, la juxtaposition des supports et aussi l’intégration des différentes langues au service de la recherche thématique. La volonté de la direction générale de la Mlf a bien sûr permis cette rénovation et créé ce dynamisme mais c’est aussi l’engagement des collègues qui permet à ces médiathèques d’être le cœur de leurs établissements. Néanmoins, je pense que parfois, la reconnaissance de leur travail n’est pas à la mesure de leurs efforts et de leur force de travail et c’est dommage. À l’heure des réseaux et du tout Internet, certains pensent peut-être que les livres papier sont devenus obsolètes : or, c’est faux. Papier et numérique sont complémentaires!

 

Que pensez-vous du travail effectué à la Médiathèque du Lycée français Molière de Villanueva de la Cañada ?

La Médiathèque de Villanueva de la Cañada a eu la chance d’être rénovée : placée dans de nouveaux locaux, bien équipée, très bien organisée et gérée, elle est désormais un outil remarquable au service des usagers et des apprentissages des élèves. Le numérique y a toute sa place (liseuses et tablettes) et le logiciel documentaire est installé en réseau dans l’établissement. On peut donc consulter les ressources de tout point du Lycée. Il me semble -mais c’est un point à discuter- qu’un effort serait à faire dans la production de ressources : je suis personnellement favorable à la constitution d’un portail documentaire avec e-sidoc (portail documentaire c’est à dire un site web qui offre un point d’accès unique à des services et ressources documentaires) qui permettrait de consulter le catalogue en ligne mais aussi de mettre en avant des actualités autour du livre, des informations sur l’orientation, les ressources et serait à mon avis un plus à condition de ne pas doublonner avec le site de l’établissement. De nombreux établissements l’ont adopté et en sont enchantés : il me semble être un véritable reflet de l’activité documentaire de l’établissement.

 

Quels sont, pour vous, les défis à relever dans le futur ? L’application des nouvelles technologies en fait-elle partie ?

En résumé, un véritable enseignement de l’EMI (Éducation aux Médias et à l’Information), la mise en place du numérique et le rôle du professeur-documentaliste comme véritable catalyseur, le travail interdisciplinaire qui peine à se mettre en place dans notre système où le cloisonnement disciplinaire est encore le modèle dominant. Les nouvelles technologies sont bien sûr totalement intégrées dans les nouvelles façons de travailler (et de vivre !). Reste qu’il ne suffit pas d’équiper, que la formation est un préalable indispensable à l’utilisation du numérique et que le numérique n’est pas une fin en soi mais qu’il est d’abord un formidable outil au service de l’humain ! Enfin, je pense que l’avenir est également dans une fructueuse complémentarité de tous les supports, de toutes les compétences, du synchrone et de l’asynchrone… Bref, le numérique oui mais pas exclusivement. 

.

.

.

Professeur-documentaliste, acteur de l’innovation pédagogique

La diversité des activités, pédagogiques ou gestionnaires, menées à la Médiathèque-Secondaire font l’originalité de la place du Professeur-documentaliste, acteur de l’innovation pédagogique, au sein de l’établissement et celui-ci en est ravi !

.

Le métier de professeur-documentaliste est un métier stimulant et varié, qui comporte essentiellement 4 missions : 

.

1- la gestion du système d’information et du fonds documentaire : acquisition des documents, enregistrement de ces derniers sur le logiciel documentaire BCDI, désherbage, inventaire, gestions des emprunts ; 

2- la mission pédagogique : activité de « Recherche et documentation » hebdomadaire auprès des 6e, accueil des élèves pour des travaux de recherche, TPE (Travaux Personnels Encadrés), HIDA (Histoire des arts), recherche sur l’orientation, rôle transversal qui permet de travailler autour des ressources et en collaboration avec les collègues d’autres disciplines, organisation d’activités, d’expositions, de sorties pédagogiques ; 

3- la mission d’ouverture culturelle de l’établissement et les relations avec l’extérieur : partenariats avec l’Institut français, la Casa de Velázquez, la bibliothèque municipale de Villanueva da la Cañada ;

4- la mission de pilotage et de conseils : accueil des nouveaux élèves et professeurs, veille informationnelle.

..

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *