Kilian Rocher : “Jouer d’un instrument te libère”

Kilian Rocher : “Jouer d’un instrument te libère”

Kilian Rocher est un garçon joyeux, aimable… Il est né à Paris et arriva au Lycée Français Molière à deux ans et demi. Encouragé par ses parents, tous les deux français, il commença à prendre des leçons de piano en 6ème sur recommandation de sa professeure. Après 3 années de pratique, la 1ère à l’école de musique de Majadahonda et les deux dernières au centre culturel La Despernada de Villanueva de la Cañada, il a atteint un bon niveau et en est heureux et très fier.

Les débuts n’ont pas été simples car le piano est un instrument difficile. Le rythme, l’harmonie, la mélodie… tout doit se travailler en même temps pour que les efforts se traduisent en musique. “Mais quand tu aimes tu apprends très vite” assure-t-il.

Il prend seulement une leçon d’une demi-heure par semaine mais il s’entraîne chaque jour à la maison. Il a des auditions deux fois par an, en mars et en juin, pendant lesquelles il doit jouer des partitions qu’il a travaillées pendant tout un trimestre.

Comment se passent ces auditions ?

Elles sont stressantes mais, en même temps, il est génial de pouvoir montrer le résultat de son travail, non seulement à ses parents, mais à tous ceux qui sont présents car l’entrée est libre.

Quel genre de musique préfères-tu ?

J’aime plusieurs genres de musique. Peut être mes préférés sont la musique électronique et la musique pop. J’aime jouer aussi de la musique classique et je suis un fan d’un compositeur coréen de musique pour piano qui s’appelle Yiruma (nom artistique de Lee Ru-Ma).

Est-ce que tu composes aussi ?

Oui, cela m’arrive lorsque j’ai du temps libre.

Vidéo 1

Vidéo 2

Son petit frère, Manoé, joue de la batterie, sa mère de la flûte et son père de la guitare… “Mes parents nous ont toujours dit que lorsque l’on apprend à jouer d’un instrument on apprend en réalité beaucoup plus… Sans doute, émotionnellement c’est très bénéfique. Quand tu es fâché ou triste, jouer de la musique te réconforte, te libère et tu peux y passer des heures”.

Jusqu’où voudrais-tu aller musicalement parlant ?

Je ne crois pas que je vais devenir un pianiste de profession mais j’irai le plus loin possible pour pouvoir jouer ce que je veux et continuer à me faire plaisir.

Comentarios (1)

  1. GARDELLE Manoune

    BRAVO KILIAN, c’est trés émouvant ce que tu écris…quelle fierté!!!! et quelle évolution petit blondinet (trop mignon) bisous, bisous

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *