Entretien avec Géraldine Collet : “J’espère avoir enclenché un désir personnel d’écrire”

Entretien avec Géraldine Collet : “J’espère avoir enclenché un désir personnel d’écrire”

Née à Paris en 1975, Géraldine Collet a étudié l’histoire contemporaine à l’université et est devenue professeure. Elle a enseigné durant quatorze ans en Seine-Saint-Denis puis dans l’Aisne. Elle se consacre aujourd’hui pleinement à l’écriture. Son premier livre est sorti en 2008 et, depuis, elle n’a jamais cessé de produire.

Principalement auteure pour la jeunesse, elle est également scénariste de bande dessinée et continue d’explorer d’autres formes littéraires. Mme Collet combine son travail d’écrivain avec l’animation d’ateliers d’écriture dans des collèges et des bibliothèques. Elle nous a rendu visite, récemment, à l’occasion de la 3ème édition des “Rencontres autour du livre“.

.

Vous avez été enseignante pendant plusieurs années avant de vous consacrer à l’écriture…de quelle manière cette expérience professionnelle a-t-elle influencé votre travail d’écrivain ?

Comme tout enseignant, j’ai été confronté à des élèves en difficulté, fâchés avec la lecture. Du coup, lorsque j’écris, j’essaie toujours de penser à ces enfants-là dans le but de leur ouvrir une porte, aussi modeste soit-elle, sur la lecture.

.
Qu’est-ce qu’un bon livre pour enfant selon vous ?

C’est un livre que l’enfant a envie de relire ou de partager avec des amis.

.
Quels sont les thèmes et /ou les personnages qui vous inspirent ? Comment naissent vos histoires ?

Les enfants sont ma première source d’inspiration et mes deux filles en particulier. Les histoires naissent d’une phrase entendue ou d’une situation singulière.

.
Lorsque vous écrivez, pensez-vous à l’illustration qui pourrait accompagner votre texte ?

Pas toujours, mais cela arrive, notamment lorsqu’il s’agit de texte humoristique où le geste doit être décrit pour comprendre le décalage avec le texte proposé.

.
Choisissez-vous la personne qui illustrera vos ouvrages ?

Cela dépend des éditeurs. Certains acceptent les projets menés en collaboration, d’autres préfèrent former les binômes.

.
Parmi toutes vos publications, quelles sont celles qui vous ont apporté le plus de bonheur ?

Celle de la publication du “Fil rouge” reste encore une belle surprise car un grand éditeur m’avait découragée. Lorsque l’histoire a finalement été publiée chez un éditeur plus modeste, elle a eu la chance par la suite, contre toute attente, d’être sélectionnée pour le Prix des Incorruptibles. Aujourd’hui, l’histoire continue de voyager car elle va être traduite en chinois.

.
Que faites-vous en ce moment ? Avez-vous des livres en cours ?

Oui, il y a toujours un livre “sur le feu”. Je suis en train de travailler avec Sébastien Chebret sur un album qui s’appelle “Les petits mondes” et je vais bientôt poursuivre la collection “1,2,3 princesses”.

.
Pouvez-vous nous décrire comment se sont déroulés les ateliers menés avec les enfants ?

Concernant les rencontres avec les CM 1, j’ai mis l’accent sur la chaîne du livre afin que les enfants comprennent le parcours d’une histoire depuis son écriture jusqu’à la publication. Puis, avec un petit exercice d’écriture “Si je devais écrire un livre, je raconterais l’histoire de…”, j’ai tenté d’ouvrir les enfants au fait que chacun possède un univers propre à lui. Un univers que l’on ne soupçonne pas forcément…

Concernant les rencontres avec les CM2/6ème, j’ai répondu à une commande précise. C’est un exercice assez difficile car il fallait faire en sorte que les textes proposés pour chaque niveau trouve une cohérence et cela sans avoir le temps de revenir dessus.

.
Quel bilan faîtes-vous de ces trois jours de Rencontre ?

J’espère avoir répondu au mieux aux objectifs pédagogiques donnés.
Pour les CM1, j’espère avoir suscité de la curiosité concernant le monde de l’édition et déclenché un désir personnel d’écrire, en dehors des exercices exigés en classe.

Pour les CM2/6ème, j’espère avoir donné confiance aux CM2, et pour les 6ème, les avoir responsabilisés vis à vis du texte à poursuivre.

.

Ces ateliers sont-ils pour vous une source d’inspiration ?

Inévitablement oui. Le dernier soir, alors que les ateliers étaient terminés, j’ai eu moi-même envie d’écrire une histoire… Laquelle ? Chut… Aux enfants de deviner !

.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *