Damien et Victor Texier : Telle constellation, telle étoile !

Damien et Victor Texier : Telle constellation, telle étoile !

Qu’est-ce qu’une éclipse ? Comment se forment les étoiles ? Que sont les trous noirs ? Y a-t-il une vie sur les autres planètes ? La fascination pour les astres et leurs mystères est très forte chez les enfants. Cependant, tous n’ont pas la chance d’avoir à leurs côtés une personne qui peut répondre à leurs questions sans avoir besoin de Google. C’est le cas de Victor Texier, élève de CM2A au Lycée français Molière, dont le père est astrophysicien et travaille à l’Agence Spatiale Européenne.

Il y a quelques jours, Victor a guidé ses camarades de CM2 avec son père dans un fascinant voyage à travers notre système solaire et son environnement immédiat.

Mme Gleyzes, professeure de Victor, reconnaît que c’est une grande chance de pouvoir compter sur l’aide de parents aussi compétents qui savent transmettre aux enfants leurs connaissances. Donner une conférence, accompagné de son enfant, est une expérience très enrichissante pour tous, spécialement pour les élèves.

Le père et le fils ont beaucoup travaillé pour réaliser cet exposé et Victor a été excellent pendant la conférence. “Il était assez nerveux avant, mais il s’est tout de suite mis dans son rôle et je suis fier de lui”, nous raconte son père. “Il faut dire qu’il a dû travailler dur avant pour le préparer et décider des sujets à traiter, si quelque chose était trop compliqué ou moins intéressant. Et, ensuite, les rôles ont été répartis… même si durant la conférence il s’est senti tellement en confiance qu’il a expliqué des choses que je devais, moi, présenter”.

– Cela a été amusant de travailler avec ton père pour préparer l’intervention ?

– C’était génial parce que j’ai beaucoup appris et j’aime passer du temps avec lui. Mon père sait beaucoup de choses !

Damien Texier travaille à l’Agence Spatiale Européenne sur plusieurs missions scientifiques. Les deux principales sont la mission “Planck” qui a pris la “photo” la plus ancienne possible de l’Univers et la mission “LISA Pathfinder” qui va vérifier que l’on maîtrise la technologie nécessaire à l’observation des Ondes Gravitationnelles dans l’espace. Il est responsable des opérations scientifiques de ces deux satellites.

Victor a hérité de sa passion pour les étoiles, les planètes (en particuliers Mars parce qu’il aimerait “savoir s’il y a eu des Martiens dans le passé”), les comètes, les astéroïdes, les nébuleuses, les amas d’étoiles, les galaxies… mais ce sont les trous noirs qui le fascinent le plus .

– Pourquoi t’intéressent-ils autant ?

– Parce qu’ils sont tellement bizarres… (Il rit et ses yeux s’illuminent). Cela donne envie de savoir comment ils sont faits, comment ils absorbent tout ce qui tombe sur eux… Ils ont tant de force condensée que les objets qui passent sont détruits.

“Il aime beaucoup l’aspect expérimental des sciences”, dit son père. Après sa première expérience sur les circuits électriques en Cours Élémentaire il s’est mis à faire des circuits bien plus compliqués à la maison, pendant des semaines. Maintenant, il a des jeux de constructions dotés de moteurs et de télécommandes à partir desquels il imagine de nouveaux mécanismes qu’il construit ensuite.

– Qu’aimerais-tu faire lorsque tu seras grand ?

– J’aimerais être astrophysicien comme mon père ou ingénieur.

– Et pas astronaute ?

– Non, je ne veux pas être astronaute… On te fait des tas de piqûres pour prélever ton sang et voir si tu es en bonne santé ou non. En plus, c’est très dangereux… Je préfère rester sur terre et voir, d’ici, ce qui se passe dans l’espace.

Les livres sur l’Univers pour enfants génèrent beaucoup de questions, et souvent il a des réponses dont il veut vérifier l’authenticité.

– Quelles sont les recommandations que tu peux faire à tes camarades ?

– De lire le livre “Incroyable mais vrai” car il comporte beaucoup d’informations. On me l’a offert lors d’une fête à l’ESA pour un Noël.

.
Il est allé, récemment, au Planétarium de Madrid écouter une conférence sur les Ondes Gravitationnelles faite par un collègue de son père à l’ESA qui travaille sur le satellite qu’ils ont lancé la semaine dernière. “Il n’a pas tout compris, mais il voulait absolument y aller… si seulement cet intérêt pour apprendre pouvait perdurer !”, s’exclame M. Texier. “Le plus intéressant dans mon travail à l’ESA est que tout est très dynamique, il n’y a pas de place pour la routine. C’est une remise en question continuelle … comme à la maison pour faire face aux questions perpétuelles de Victor !”.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *