Atelier d’écriture collective : deux histoires écrites par les élèves de CM2 et de 6ème

Atelier d’écriture collective : deux histoires écrites par les élèves de CM2 et de 6ème

Look

Aux Etats-Unis dans la ville de New-York, deux amoureux se promènent à Central Park. Aujourd’hui il fait doux et les arbres rougis de l’automne se balancent très légèrement dans le vent. Bientôt la nuit va tomber et Marion a très envie de rentrer à la maison préparer à manger. Sa spécialité ce sont les pâtes à la bolognaise et Ryan les adore. Et lorsqu’elle l’écrit sur son carnet, Ryan sourit largement car il sait alors qu’il va se régaler. Tout d’un coup, un chien se met en travers de leur chemin.

Comme il a l’air menaçant avec sa gueule ouverte ! On aurait pu croire qu’il allait attaquer. Au moment où les deux amoureux s’apprêtent à s’enfuir, Ryan remarque que le chien n’arrive pas à aboyer. Lui aussi est muet ! Soudain, le chien change d’attitude ; son air mauvais disparaît. Peu à peu, le chien s’approche de Marion et vient se frotter contre ses jambes. Devant cette scène attendrissante, Ryan sait déjà que le chien va devenir leur ami.

L’animal a des yeux couleur miel et son pelage marron est doux. C’est un magnifique berger allemand. Ryan cherche alors un nom à lui donner. Il propose de l’appeler « Feu » pour saluer la beauté de la robe du chien. Mais Marion en se plongeant dans le regard de l’animal a une autre idée : Elle préfère le nommer « Look » tant le chien semble communiquer par le regard.

De retour à la maison, Ryan s’aperçoit que la porte de leur appartement est ouverte. En entrant, le couple découvre que tout est en désordre. Soudain, un bruit étrange provient de la chambre. Look s’y précipite et un homme vêtu de noir s’enfuit en bousculant Marion. C’est alors que Look se met à la poursuite du voleur, en direction du parc.

Look saute sur l’homme et le fait chuter dans la fontaine. On découvre alors qu’il s’agit du voleur le plus recherché de New York. La police l’arrête, le met en prison tandis que Look reçoit les honneurs de la presse et devient le chien le plus connu du monde. Mais ça, c’est une autre histoire.

.

CM2 B Sixième Hugo

.

.

James

Ce jour-là, James rentrait fatigué. Son travail à la mine l’épuisait. La tête baissée, chaque pas lui paraissait difficile. Le froid semblait entrer dans son mince gilet et lui glaçait les oreilles.

Dans la rue, il croisait d’autres enfants du même âge que lui faisant le chemin inverse. Alors que James pouvait espérer trouver un peu de chaleur chez lui, les autres marchaient lentement vers l’enfer des fumées et des machines.

Soudain, James entendit les aboiements plaintifs d’un chien.

Quand il releva la tête, il comprit que l’animal venait d’être rossé par son maître : l’horrible (Monsieur) Mister Coal, le responsable du secteur 3 de la mine.

Dans Major Street, la violence de Mister Coal était connue de tous, la rumeur racontait même qu’il était odieux avec les enfants. James aurait voulu réagir, mais sa peur l’en empêcha. Alors, il attendit que Mister Coal rentre chez lui pour approcher le chien. Visiblement, l’animal avait déjà subi de nombreuses fois la maltraitance de son maître. James ne comprenait pas pourquoi un chien si splendide pouvait être la victime d’une telle cruauté ! Le regard de l’animal bouleversa l’enfant. C’est à ce moment-là que Max dit à son ami :

« Fais gaffe James ! Mister Coal te regarde ! »

.

Effrayés, les deux enfants se mirent à courir. Et le chien les suivit. Lorsqu’ils se sentirent hors de portée de Mister Coal, ils s’arrêtèrent pour souffler un peu :

« Qu’allons-nous faire, Max ?

 Je l’ignore, mais Manchester n’est pas très loin….

On y va ? demanda James.

D’accord ! Tiens donc, t’es encore là toi, dit Max au chien. Mais comment allons-nous t’appeler ?

Que penses-tu de Goodluck ?

C’est parfait, répondit Max, et puis, ça nous portera chance ! 

Alors, en route ! s’exclama James. »

Ils se mirent alors en marche vers la gare.

.

Un train à vapeur était à quai. Les deux amis montèrent dans l’un des wagons remplis de charbon.

« Allez, saute Goodluck ! » dit James.

.

Après quelques heures, tous trois arrivèrent à Manchester. La ville était silencieuse et le vent glacial était de plus en plus fort. D’un coup, les enfants commencèrent à avoir peur : peur de ne pas manger, peur car ils ne savaient pas où dormir…

« Faites comme moi les gars ! », s’exclama un mendiant. Tendez votre main et attendez qu’un passant vous donne de l’argent ! »

.

Les enfants l’écoutèrent, mais au bout d’un moment, ils finirent par s’ennuyer et partirent. Ils n’avaient pas envie de vivre ainsi ! Alors, ils prirent le chemin de retour en se jurant d’avoir une meilleure vie que celle de Mister Coal et de ne plus jamais redescendre dans la mine.

.

CM2A – Sixième Montesquieu

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *